loading

DHAFER YOUSSEF
OUD PLAYER, VOCALIST AND COMPOSER

Birds Requiem

October 2013

Birds Requiem cover

1. Birds Canticum "Birds Requiem" Suite
2. Sweet Blasphemy
3. Blending Souls & Shades (to Shiraz)
4. Ascetic mood
5. Fuga Hirundinum "Birds Requiem" Suite
6. Khira "Indicium Divinum" (Elegy for My Mother)
7. 39th Gülay (to Istanbul)
8. Archaic Feathers "Birds Requiem" Suite
9. Sevdah (to Jon Hassel)
10. Ascetic Journey
11. Whirling birds ceremony "Birds Requiem" Suite

All compositions and arrangements by Dhafer Youssef except “Khira” by Dhafer Youssef and Nils Petter Molvaer Additional arrangement on 2, 5, 8 by Kristjan Randalu Dhafer Youssef: Oud, Vocal. Hüsnü Şenlendirici: Clarinet. Nils-Petter Molvaer: Trumpet Aytaç Doğan: Kanun. Eivind Aarset: Electric-guitar, Electronics Kristjan Randalu: Piano. Phil Donkin: Double Bass. Chander Sardjoe: Drums. Recorded and mixed by Lars Nilsson at Nilento Studio, Gothenburg, Sweden. Assisted by Michael Dahlvid. Additional recording in Istanbul at Babajim by Lars Nilsson. Assisted by Alp çoksoyluer Executive Producer: Dhafer Youssef Produced by Dhafer Youssef Label: Okeh Recordings Distributed by Sony Music Entertaiment Publishing Khira Music Productions All Photo © Shiraz Fradi Additional Photos (2,3,9) © Dirk Wustenhagen and Shiraz Fradi Artwork: ec:ko Communications

4 clefs Telerama
«Un requiem à la fois grave et lumineux, introspectif et aérien.»
Télérama

«L'incantation inscrite dans Birds Requiem, ou il est question de vols et de disparitions, est un voyage à l'intérieur de soi...»
JazzNews

«Dans ce disque, plus apaisé, la voix occupe un espace privilégié...une fusion entre l'esprit du désert et celui des fjords»
JazzNews

«La musique de Dhafer joue sur la tension d'un équilibre fragile entre sons ancestraux et traitement contemporain, entre phrases enfiévrées et silences suspendus.»
Open Jazz

Without forgetting the artistic identity that he forged through his experience and permanent search for sonorities, Dhafer Youssef carries on transcending genres. His quest leads him to clarinetist Hüsnü Şenlendirici and Kanun player, Aytaç Dogan. Dhafer Youssef’s voice accompanies Hüsnü Senlendirici‘s clarinet and Aytaç Dogan’s Kanun. Nils Petter Molvaer’s trumpet reinforces the atmospheric mood. Eivind Aarset’s guitar, Kristjan randalu’s Piano, Phil Donkin’s double bass and Chander Sardjoe ‘s drums create a jazzy atmosphere.
“Birds requiem” is the name of Dhafer Youssef’s new album, released on October 2013. This last opus is a very personal album that has been prepared at a turning point of the artist’s life, and at that moment, a return to the origins occurred-his but also the origins of music. The album, structured around the Birds Requiem suite, (“Birds Canticum”, “Fuga Hirundinum”, “Archaic Feathers” and “Whirling Birds Ceremony”), is constructed as music for an imaginative movie.

Abu Nawas Rhapsody

February 2010

Abu Nawas Rhapsody cover

1. Sacré
2. Les Ondes Orientales
3. Khamsa
4. Interl'oud
5. Louage (Odd Elegy)
6. Ya Hobb
7. Shatha (intro)
8. Shatha
9. Mudamatan
10. Sabaa
11. Profane

Dhafer Youssef: Oud, Vocal. Tigran Hamasyan : Piano. Mark Guiliana: Drums. Chris Jennings: Double Bass. All Compositions and arrangements by Dhafer Youssef except (1, 6, 9, 12) Dhafer Youssef and Tigran Hamasyan. Recorded in April 2009 by Philippe Tessier Ducros at studio Sequenza, Montreuil, France Co-produced and mixed by Nguyên Lê, Louxor studio, Paris Mastered by Bruno Gruel, Elektra Mastering Produced by Dhafer Youssef Executive producer Dhafer Youssef Publishing Dhafer Youssef Photo by Houssen Soufan Calligraphy by Walid Zouari Design by Matt Read Label : Jazzland. Distribution : Universal Music

«Youssef, however, also possesses a voice that can scream with existential pain or soar in joyous bliss; as much a component of his music as his equally fine instrumental skills»
All About Jazz

«Really raises the roof»
The Guardian

«Rhapsodie hédoniste, cet album est nourri par les énergies de protagonistes d’origines plurielles, réunis par un optimisme contagieux et le bonheur de jouer ensemble. Un enregistrement lyrique et spirituel, ainsi qu’une nouvelle manière de se mêler au monde.»
Les Inrockuptibles

«I believe we were lucky to be in that enchanted loft. We were seeing the beginnings of something that is going to make waves...»
The Evening Standard

After El-hallaj and other Sufi philosophers and poets, Dhafer Youssef took his inspiration from Abu Nawas texts. The latter was a Persian poet from the VII th century renowned for his odes to wine in a conservative society.
Released in 2010, “Abu Nawas Rhapsody” is the artist’s 6th album. It is also a musical manifesto which removes the barriers between the notions of sacred and profane. Accompanied with pianist Tigran Hamasyan, Mark Guiliana on drums and Double Bass player Chris Jennings, Dhafer Youssef goes back in his album “Abu Nawas Rhapsody” to a more Jazzy and groovy style. Dhafer Youssef’s powerful voice is introduced subtly before starting a vigorous fusion with the instruments.

Divine Shadows

March 2006

Divine Shadows cover

1. Cantus Lamentus
2. 27th Century Ethos
3. Miel et Cendres
4. Winds And Shadows
5. Odd Poetry
6. 27th Ethos
7. Persona Non Grata
8. Postludium
9. Eleventh Stone
10. Ivresse Divine
11. Un Soupir Eternel

Dhafer Youssef: Oud, Vocal. Arve Henriksen: Trumpet, Electronics. Eivind Aarset: Guitars, Electronics, Programming. Audun Erlien: Bass, Bass balalaika. Marilyn Mazur: Percussion. Rune Arnesen:Drums, Programming. Jan Bang:Programming. Arranged By [String Arrangements] – Kjetil Ben Erling Bjerkestrand* Cello [Oslo Session String Quartet] – Hans Josef Groh (tracks: 1 to 6) Engineer [Assistant, Puk Studio] – Jacob Schjodt Worm Engineer [Puk Studio] – Bjarne Hansen Engineer [Studio Louxor] – Nguyên Ben Khoi Lê* Executive-Producer –Dhafer Ben Youssef Maaref Mastered By – Thomas Ben Rodney Eberger* Mastered By [Premastering] – Audun Ben Kristoffer Kleive* Mixed By [Dub Studio], Producer [Dub Studio] – Endre Ben Gitle Kirkesola* (tracks: 7) Mixed By [7th Etage] – Reidar Skår Mixed By [Katakumben] – Eivind Ben Svein Aarset* (tracks: 2, 8 to 10) Mixed By [Punkt Studio], Producer [Punkt Studio] – Jan Ben Ivar Bang* (tracks: 7) Mixed By [Rainbow Studio] – Jan Erik Ben John Kongshaug* (tracks: 1, 3, 4, 6, 11) Recorded By [Bugges Room] – Andy Ben Gunter Mytteis* Recorded By [Live In Queen Elizabeth Hall] – Christian Ben Hans Ulbrich* Viola [Oslo Session String Quartet] – Jon Sonstebo* (tracks: 1 to 6) Violin [Oslo Session String Quartet] – André Orvik (tracks: 1 to 6), Vegard Johnsen (tracks: 1 to 6) Written-By – D. Youssef *, E. Aarset* (tracks: 2, 9, 10), E. Kirkesola* (tracks: 7), J. Bang* (tracks: 7) Label: Jazzland

«This heady, enticing cultural clash - the sensual warmth of Youssef's Middle East meets the cool sensuality of his European collaborators... has yielded moments of quite sublime beauty... the results approach the hypnotically sublime.»
JazzNews

«There's got to be something pretty astonishing coming out that will prevent this being my album of the year!»
Fiona Talkington, BBC Radio 3 Late Junction

«five stars»
Observer

«This heady, enticing cultural clash...has yielded moments of quite sublime beauty... the results approach the hypnotically sublime.»
Jazzwise

In 2004, Dhafer is invited by Norwegian producer, composer and pianist BuggeWesseltoft, on his album “Film Ing”. He collaborates with him on the song “Hope”. Far from being ephemeral, this new collaboration grows with the release of “Divine Shadows” (2005), under the label Jazzland Records, founded by BuggeWesseltoft. After these unlikely encounters between Oud and electronic music (Electric Sufi), Dhafer Youssef sets himself a new challenge which consisted in introducing more string instruments to his creative universe. This surrealist equation resolved with the release of “Divine Shadows” in 2005. The sound is resolutely thrilling without losing its ethereal aspect. Spiritualism is asserted manifesting itself without any complex and far from stereotypes. The album was marked by the arrival of Arve Henriksen and Marilyn Mazur together with the road companions Eivind Aarset, Audun Erlien, Rune Arnesen. After a first nomination for the BBC awards for world music in 2003, “Divine Shadows” will bring him a new nomination in 2006.

Digital Prophecy

September 2003

Digital Prophecy cover

1. Diaphanes
2. Aya (1984)
3. Dawn Prayer
4. Sparkling Truth
5. Ysamy
6. Holy Breath
7. Seventh Heaven Suite
8. Wood Talk
9. Holy Lie (Empire D'ivresse Suite)
10. Flowing Water

Recorded in Oslo (Norway) at 7.ETG, in Steinakirchen (Austria) at TSB and in Paris (France) at On-The-Fly. Producer – Bugge Wesseltoft Producer, Written-, Arranged By – Dhafer Youssef Written and Arranged By Dhafer Youssef – Except for tracks: 3, Dhafer Youssef and Bugge Wesseltoft and tracks:6, Dhafer Youssef and Ronu Majumdar. Dhafer Youssef: Oud-Vocals Eivind Aarset : Electric Guitar Dieter Ilg : Bass Rune Arnesen : Drums-Electronics Ronu Majumdar : Bansuri Bugge Wesseltoft : Piano Jan Bang : Electronics Nils Petter Molvear :Trumpet Engineer [Oslo] – Reidar Skaar Engineer [Paris] – Steve Argüelles Engineer [Steinakirchen] – Roland Baumann Mastered By – Wolfgang Meyscheider Mixed By, Edited By – Dhafer Youssef (tracks: 6), Eivind "Ben Svein" Aarset* (tracks: 1), Reidar Skaar* (tracks: 4 to 7), Steve Argüelles (tracks: 2, 3, 8 to 10) Other [Third Ear] – Paolo Vinaccia (tracks: 4, 5, 7) Photography – (C) 2003 Mephisto (Dhafer Youssef) Artwork By [Booklet], Photography [Booklet] – Jürgen Enninger, Manfred Brey Design – Brey Graphics Label : Enja.

«Genuine musical and emotional beauty» «a tantalizing record»
Jazzwise

«Intricate melodies and textures abound»
The Times

«Supple grooves and subtle soundscapes make a calm but impassioned plea for understanding and dialogue and invite you in like cool, tiled architecture on a sweltering day»
BBC Online

«Youssef's music continues to cast a considerable spell.»
Mojo

Back in the studios, Dhafer Youssef records “Digital Prophecy” in 2003. The search of new sonorities intensifies and the result is exhilarating. The symbiosis between the Oud and electric sonorities is more natural. The alchemy operates between great artists from the electro-jazz Scandinavian scene. These artists are trumpetist Nils Petter Molvaer, pianist Bugge Wesseltoft, Guitarist Eivind Aarset, electric bass player Auden Erlien and Drummer Rune Arnesen and Bansuri player Ronu Majumdar. This great sound ascension gave Dhafer Youssef’s music more height bringing him, in 2003, a nomination for the BBC awards for world music. It's Dhafer Youssef at his hypnotic best.

Electric Sufi

July 2001

Electric Sufi cover

1. Mandakini
2. Yabay
3. Electric Sufi
4. Oil On Water
5. La Priere De L'Absent
6. Man Of Wool
7. La Nuit Sacrée
8. Nouba
9. Farha
10. Nafha
11. AL Hallaj
12. Suraj
13. Langue Muette

Dhafer Youssef: vocal, oud, sounds. Wolfgang Muthspiel: guitars. Markus Stockhausen: trumpets, flh. Deepak Ram: bansuri. Dieter Ilg: acoustic bass. Doug Wimbish: electric bass,electronics Mino Cinelu drums: percussion, sound effects Will Calhoun drums, loops. Rodericke Packe: ambient sounds. All compositions written and arranged by Dhafer Youssef, expect (2) and (10) by Dhafer Youssef and Wolfgang Muthspiel. Recorded by Peter Karl at Fifth House studios, Brooklyn,NY Christian Heck at Loft, Cologne Steve Argüelles On the Fly, Paris Mixed and edited by Steve Argüelles On the Fly, Paris Mastered by Wolfgang Meyscheider, Germany Producer: Dhafer Youssef Co-Production: Steve Argüelles Photography by Caroline Mardok. Additional Photos by Hyou Vieltz and Ssirus W.Pakzad Design Brey Graphics Munich

«A stroke of genius..... a beguiling mix of the passionate spirituality infusing qwaali and the visceral appeal of cutting-edge electronic music.»
BBC Music Magazine

«In a territory full of self-indulgent ramblings, this CD stands out as intensely musicals, focused and yes, spiritual, in a designer sort of way. He's not only a fine oud player, but a spectacular vocalist. This is a CD and a musician I want to keep coming to.»
Evening Standard

«What sets this album apart is the jazzy backbeat of boopy percussion and cool brass topped by some awesomely eerie vocals - soft and fluent and soaring in the mystical style of the Muslim Sufis. It's spellbinding.»
Traveller

«The quality control is high, with imaginative pacing of electronic, acoustic and ambient sounds, and many different feels.” Youssef's inclusion of the articulate and melodic Markus Stockhausen is a stroke of genius.»
The Guardian

Acclaimed by the critics, he successfully went on a tour over Europe before going back to studios with a new project. In 2001, Dhafer Youssef recorded “Electric Sufi” his second album with Enja Records. As its name suggests, this marks the musician’s first experience with electronic music. For this project, he collaborated with Wolfgang Muthspiel (Guitar), Markus Stockhausen (Trumpet), Deepak Ram (Bansuri), Dieter Ilg (Bass), Mino Cinelu (Percussion), Rodericke Packe (Electronics) as well as Will Calhoun (Drums) and Doug Wimbish (Bass). The sound mixture was exalting.
A result of his interest for his vocal undulations and the resonances of sounds, the jazz music in “Electric Sufi” was an opportunity for Dhafer Youssef to experiment new things with his voice and to use it as an instrument.

Malak

May 1998

Malak cover

1. Tarannoum
2. Iman
3. Eklil
4. A Kind Of Love
5. Jito & Tato
6. Derballah
7. Frag Habibe
8. L'Enfant De Sable
9. L'Ange Aveugle

Dhafer Youssef: vocal, oud Markus Stockhausen: trumpet, flh. Nguyên Lê: guitar. Renaud Garcia-Fons: bass. Deepak Ram: bansuri. Zoltan Lantos: violin. Achim Tang: bass. Jatinder Thakur: tabla, dolak. Patrice Héral: drums. Carlo Rizzo: tambourine. All compositions written and arranged by Dhafer Youssef (1)by Dhafer Youssef and Renaud Garcia Fons (6) By Dhafer Youssef, Markus Stockhaussen and Nguyën Lê recorded at feedback studio,Vienna, Austria recording engineer :Reinhard Buchta,Mixed and Edited by Georg Mittermayr and Peter Kaizar at the creative sound compagny,Vienna,Austria. Mastered by Walter Quintus. Produced by : Dhafer Youssef photography by Werner Schrödl Design : Brey Graphics Label : Enja.

«The kind of gig you watched and prayed would never end, charged with such magic that you knew you would be telling people about it in years to come»
Straight No Chaser

«Achingly beautiful vocal»
The Guardian

«Youssef’s work leans toward a more reflective nature and improvisational openness that recalls ECM recordings. A probing introspection flows, in spite of his often-virtuosic musical gifts.»
Jazz Time

Exploring new horizons, Dhafer Youssef crosses the road of Italian trumpeter Paolo Fresu who invites Dhafer to perform with him in different European countries.Over the concerts, the artist gains in maturity. The confirmation comes with the release in 1998 of “Malak” under the Label Enja Records. Along with the European jazz melodic structures, the Mediterranean groove takes a particular form. This marks the beginning of an authentic musical identity which is impregnated with the artist origins far from falling into typical Orientalism. On this opus Dhafer Youssef is accompagnied by trumpeter Markus Stockhausen, electric guitarist Nguyên Lê, bassists Renaud Garcia-Fons and Achim Tang , violinist Zoltan Lantos, drummer Patrice Héral, tambourine player Carlo Rizzo, tabla player Jatinder Thakur and bansuri player Deepak Ram. On “A Kind of Love,” his high, lithe voice interacts with Stockhausen’s plaintive trumpet…On “Jito and Tato”, though; the palette opens up to include Indian elements of Deepak Ram’s bansuri and Jatinder Thakur’s tabla playing. This is music in no hurry to impress in explicit, pyrotechnical ways, but does so in spite of itself.”

Français / English
Dhafer Youssef portrait

Dhafer Youssef is a Tunisian Oud player, vocalist and composer born in November 19th, 1967 in Teboulba. Descendent of a modest family from this Center-eastern fishing village, he comes from a long line of muezzins. For him mastering vocal performances is a heritage.

At an early age, his grandfather initiated him to quranic recitals. Thus, he started discovering the potential of his voice. He found his vocation.Far from the quranic school bunches and from his grandfather’s hard discipline, Dhafer Youssef tested his voice singing the songs played on his mother radio set. Far from rigorist methods, His mother’s kitchen became his first experimental laboratory. At the age of 6 years old, he discovered inside these walls the echo of his voice and its resonances. He remembers spending hours singing in the Hammam of the local village. The resonances produced by his voice in that cavernous place fascinated him. It nourished his ardent juvenile curiosity. This is how the young Dhafer discovered his favored toy.

Moved by the child beautiful voice, the local muezzin encouraged him to record his call to prayer for the village’s mosque on a tape. Dhafer youssef undertook the task using cheap plastic microphone.His voice flowed from the top of the minaret. Its resonances strengthened. It was his first encounter with his first audience, a memorable experience that he will never forget despite his eight albums and hundreds of live performances all over the world.

A few years later, Dhafer Youssef joined the local Liturgical singing troupe as a vocalist. However this experience did not last long because of the progressive politicization of the group’s activities. Far from the places of worship, He now exercises on playing Oud at the youth center in Teboulba. This is where he discovered the electric bass. This new orientation led him to play at the local village weddings before joining Radio Monastir’s singing troupe.The young Dhafer was chosen to join the orchestra by its founder, Mesbah Souli. The latter was a violin player, member of the Tunisian National Troupe and music professor.

Willing to explore new horizons, Dhafer Youssef left his home village for the capital.In Tunis, he joined the musical conservatory at Nahj Zarkoun. Dissatisfied with the quality of teaching, he left Tunisia for Austria with the ambition to complete his musical training. The creative exaltation provided by multiculturalism in Vienne opened for him the gate of a new world with various possibilities. He made multiple encounters. After he’s started musical studies, he realized that he was not interested in academic training anymore.

Seduced by Jazz and other musical genres such as Indian music, he multiplied Jam sessions and encounters at different bars and clubs playing live music until he met Gerhard Reiter.It is along with this Austrian percussionist that he formed his first band “Zeryab”.In 1996, his multiple discoveries and experiences in Vienne gave birth to his first album “Musafer” (The Traveler, in Arabic). This album was the result of an atypical encounter with Anton Burger, Achim Tang, Jatinder Thakur and Otto Leichner. He presents his project to Porgy & Bess, a renowned Viennese club. After a successful first night at the club, he is offered a carte blanche and starts a series of monthly concerts. Over the concerts, Dhafer gains in maturity. The confirmation comes with the release in 1998 of “Malak” under the Label Enja Records.

Along with the European jazz melodic structures, the Mediterranean groove takes a particular form. This marks the beginning of an authentic musical identity which is impregnated with the artist origins without getting into typical Orientalism. Accompanied by Nguyen Lê on guitar, Markus Stockhausen on trumpet, Achim Tang on Bass and Patrice Heral on Drums, he was propelled towards an international career. Acclaimed by the critics, he successfully went on a tour over Europe before going back to studios with a new project. In 2001, he recorded “Electric Sufi” his second album with Enja Records. For this project, he collaborated with Wolfgang Muthspiel (guitar), Markus Stockhausen (trumpet), Deepak Ram (bansuri), Dieter Ilg (bass), Mino Cinelu (percussion), Rodericke Packe (electronics) as well as Will Calhoun (drums) and Doug Wimbish (bass). The sound mixture was exalting.

A result of his interest for his vocal undulations and the resonances of sounds, the jazz music in “Electric Sufi” was an opportunity for Dhafer Youssef to experiment new things with his voice and to use it as an instrument. The musical alloy has strenghtned during a second inspiring tour.

Back in the studios, Dhafer Youssef records “Digital Prophecy” in 2003. The search of new sonorities intensifies and the result is exhilarating. The symbiosis between the Oud and electric sonorities is more natural. The alchemy operates between great artists from the electro-jazz Scandinavian scene.These artists are trumpet player Nils Petter Molvaer, pianist Bugge Wesseltoft, Guitar player Eivind Aarset, electric bass player Auden Erlien and Drum player Rune Arnesen. This great sound ascension gave Dhafer Youssef music more height. He was nominated too times in 2003 and 2006 for the BBC awards for world music.

After these unlikely encounters between Oud and electronic music, Dhafer Youssef set himself a new challenge which consisted in introducing more string instruments to his creative universe.This surrealist equation resolved with the release of “Divine Shadows” in 2005. The sound is resolutely thrilling without losing its ethereal aspect. Spiritualism is asserted manifesting itself without any complex and far from stereotypes. The album was marked by the arrival of Arve Henriksen and Marilyn Mazur together with the road companions Eivind Aarset, Audun Erlien, Rune Arnesen.

After Djalal Eddine Rûmi, El-hallaj and other Sufi philosophers and poets, Dhafer Youssef took his inspiration from Abu Nawas Texts. The latter was a Persian poet from the VII century renowned for his odes to wine. Released in 2010, “Abu Nawas Rhapsody” is the artists 6th album. It is also a musical manifesto which removes the barriers between the notions of sacred and profane. Accompanied with pianist Mark Giuliana and Double Bass player Chris Jennings, Dhafer Youssef goes back in his album “Abu Nawas Rhapsody” to a more Jazzy and groovy style.Dhafer Youssef’s powerful voice is introduced subtly before starting a vigorous fusion with the instruments. Without forgetting the artistic identity that he forged through his experience and permanent search for sonorities, Dhafer Youssef carries on in transcending genres. In 2011, he invites clarinetist Hüsnü Senlendirici and Kanun player Aytaç Dogan for a performance in Ludwigsbourg-Germany.

In 2013 and inspired by this encounter, Dhafer Youssef offers to the public his latest creation “Birds requiem”. Constructed as movie music, this new album is a very personal album that has been prepared at a turning point of the artist life. In this album, Dhafer Youssef’s voice accompanies Hüsnü Senlendirici‘s clarinet and Aytaç Dogan’s Kanun. He resumes his collaboration with guitar player Eivind Aarset,Trompetist Nils Petter Molvaer, pianist Kristjan Randalu, Double bass player Phil Donkin and drum player Chander Sardjoe, thus creating a jazzy atmosphere.

Né le 19 novembre 1967 à Teboulba, Dhafer Youssef est un oudiste, vocaliste et compositeur tunisien. Enfant d’une modeste famille originaire de ce village de pêcheurs du centre-est tunisien, il est issu d’une longue lignée de muezzins. Pour lui, la maitrise de la performance vocale est un héritage. Dès son plus jeune âge, son grand-père l’a initié au récital coranique. Ainsi a-t-il commencé à découvrir le potentiel de sa voix. Une vocation est née.

Loin des bancs de l’école coranique et de la discipline qui y est imposé par son grand-père, Dhafer Youssef laissait sa voix s’aventurer à reproduire les chants diffusées à la radio de sa mère. Exit les procédés rigoristes ! La cuisine de sa mère était son premier espace d’expérimentation. Dès l’âge de 6 ans, il y a découvert l’écho de sa voix et les résonnances qu’elle reproduit. Il se souvient avoir l’habitude de passer des heures au hammam du village à chanter. Les résonnances procurées à sa voix par cet espace caverneux le fascinaient. De quoi alimenter son ardente curiosité infantile. C’est ainsi que le petit Dhafer ait découvert son joujou préféré.

Titillé par la beauté de la voix de l’enfant, le muezzin du quartier l’a encouragé à enregistrer un appel à la prière sur une cassette pour la mosquée du village. Micro plastique en main, Dhafer s’est donné à l’exercice. Sa voix jaillissait du haut du minaret. Ses résonnances gagnaient en altitude. C’était sa première rencontre avec ses premiers auditeurs, une -expérience marquante dont il se souviendra à jamais, même après sept albums studio et des centaines de performances données aux quatre coins du monde.
Quelques années plus tard, Dhafer Youssef a intégré la troupe de chant liturgique locale en tant que vocaliste mais il n’a pas tardé à s’en lasser avec la politisation progressive des activités du groupe. Exit les lieux de culte ! Désormais, c’est à la Maison des Jeunes de Teboulba qu’il s’exerce au Oud avant de commencer à découvrir la basse électrique. Après les mélodies arabes entrainantes, il s’est donc initié au groove. Cette tournure l’a propulsé dans un autre monde, celui des fêtes de mariage de son village… avant d’intégrer la Troupe de Radio Monastir. Le jeune Dhafer a été sélectionné par le fondateur de cet orchestre Mesbah Souli, violoniste, membre de la troupe nationale tunisienne et professeur de musique au lycée de Teboulba.

Aspirant à découvrir de nouveaux horizons, Dhafer Youssef a quitté son village natal vers la capitale. A Tunis, il a rejoint le Conservatoire de Nahj Zarkoun. Insatisfait de la qualité d’enseignement, il a quitté la Tunisie pour l’Autriche avec l’ambition de parfaire sa formation musicale. L’ivresse créative procurée par le multiculturalisme viennois lui a permis de découvrir un monde aux possibilités diverses. Il y a multiplié les rencontres. Après avoir entamé des études de musicologie, il s’est rendu compte que la formation académique ne l’intéressait pas vraiment. Séduit par le jazz ainsi que d’autres musiques du monde à l’instar de la musique indienne, il sillonne les clubs et les bars de musique live multipliant rencontres notamment celle de l’emblématique saxophoniste autrichien Wolfgang Puschnig.
Lors d’un jam, il fait la connaissance de Gerhard Reiter. C’est avec ce percussionniste autrichien qu’il a créé son premier groupe «Zeryab». Et c’est parti pour des années de durs labeurs.
En 1996, ses multiples découvertes et expériences à Vienne ont donné vie à son premier disque «Musafer» (Le Voyageur, en arabe). Cet opus est le fruit de diverses rencontres qui marqueront à jamais la musique de Dhafer Youssef et lui insuffleront cette atypique dimension universelle. Le musicien indien Jatinder Thakur montre avec les rythmes de sa tabla une voie riche en possibilités. Les mélodies du violoniste autrichien Anton Burger les multiplient. L’accordéon du musicien autrichien Otto Leichner leur donne des couleurs. Et le contrebassiste allemand Ackim Tang offre de la consistance à cet indigo musical.

Dhafer Youssef présente son projet à Porgy & Bess, club viennois de renom. Après une première soirée très apprécié, le club lui a offert une carte blanche. Il y a entamé un cycle de concerts mensuels. Encore plus de rencontres s’y font dont l’une des plus importantes demeure celle du guitariste français d’origine vietnamienne Nguyen Lê. Sans tarder à explorer d’autres horizons, le chemin de Dhafer croise celui du trompettiste italien Paolo Fresu qui l’invitent à partager la scène avec lui lors de nombreuses performances dans divers pays européens. Au fil des concerts, Dhafer Youssef a gagné en maturité. Le constat s’est affirmé avec la sortie de «Malak» en 1999 sous le label Enja Records. Le groove méditerranéen y prend une couleur particulière à l’ombre des structures mélodiques du jazz européen. Le penchant lyrique s’y manifeste avec subtilité. De quoi marquer le début d’une identité musicale authentique imprégnée par ses origines sans tomber dans l’orientalisme typique.

Accompagné par Nguyen Lê à la guitare, Markus Stockhausen à la trompette, Achim Tang à la basse et Patrice Heral à la batterie, il s’est retrouvé propulsé à une carrière internationale. Encensé par la critique, Il sillonnait les scènes européennes avec succès avant de regagner, en 2001, le studio pour un nouveau projet discographique : «Electric Sufi», son deuxième album avec Enja Records. Comme son intitulé l’indique, il s’agit de sa première expérience avec la musique électronique. Pour l’occasion, il a collaboré avec Wolfgang Muthspiel (guitare), Markus Stockhausen (trompette), Deepak Ram (bansuri), Dieter Ilg (basse), Mino Cinelu (percussions), Rodericke Packe (électronique) ainsi que Will Calhoun (batterie) et Doug Wimbish (basse). Le cocktail sonore est enivrant. Fruit de son intérêt obsessionnel par les ondulations vocales et par les résonnances sonores, la musique jazzy d’«Electric Sufi» était un terrain fertile pour que la voix de Dhafer Youssef puisse s’aventurer dans l’expérimentation et s’affirmer comme un instrument à part entière.

L’alliage musical s’est renforcé lors d’une inspirante tournée. De retour au studio, Dhafer Youssef réalise «Digital Prophecy» en 2003. La recherche s’intensifie. Le résultat est encore plus accablant. La symbiose entre l’oud et les sonorités électroniques est encore plus naturelle. L’alchimie a pris dans cette collaboration avec des artistes phares de la scène electro jazz scandinave. Il s’agit du trompettiste Nils Petter Molvaer, le guitariste Eivind Aarset, Audun Erlien à la basse électrique et Rune Arnesen à la batterie. Cette véritable ascension sonore a donné à la musique de Dhafer plus d’altitude. Le vibrato de sa voix y garantit un trip sans atterrissage. La musique de l’artiste lui vaudra deux nominations en 2003 pour les BBC Awards for World Music. En 2004, Dhafer est invité par le producteur, compositeur et pianiste norvégien Bugge Wesseltoft sur son album «Film Ing». Il collabore avec lui sur le morceau «Hope». Loin d’être éphémère, cette collaboration prend de l’ampleur avec la parution de «Divine Shadows» (2005) et «Abu Nawas Rhapsody» (2010), sous le label Jazzland Records, fondé par Bugge Wesseltoft.
Après ces improbables rencontres entre oud et musique électronique, Dhafer Youssef s’est fixé un nouveau défi : introduire plus d’instruments à cordes dans son univers créatif. Cette équation, aux allures surréalistes, s’est résolue avec la sortie de «Divine Shadows» en 2005. Le son est résolument palpitant, sans perdre son caractère aérien. Le spiritualisme s’affirme et s’y manifeste sans complexe et bien loin des stéréotypes. La formation s’est renforcée avec l’arrivée d’Arve Henriksen et de Marilyn Mazur sans oublier les compagnons de route Eivind Aarset, Audun Erlien, Rune Arnesen. Après une première nomination en 2003 pour les BBC Awards for World Music, «Divine Shadows» a valu à Dhafer une deuxième nomination en 2006.

Après Djalal Eddine Rûmi, El-Hallaj et autres philosophes et poètes soufis, Dhafer Youssef a puisé son inspiration dans les textes d’Abu Nawas, poète persan du VIIème siècle connu pour ses odes au vin dans la société conservatrice de son époque. Sorti en 2010, «Abu Nawas Rhapsody» est le sixième disque de l’artiste. Il s’agit d’un manifeste musical de la chute des barrières entre sacré et profane. Accompagné par le pianiste Tigran Hamasyan, le batteur Mark Guiliana et le contrebassiste Chris Jennings, «Abu Nawas Rhapsody» reprend une veine jazzy ultra groovy. La puissance de la voix de Dhafer s’immisce discrètement, avant de marteler en s’insurgeant contre les autres instruments. De l’indomptable ivresse musicale !

Sans tourner le dos à l’identité artistique forgée au fil des expériences, Dhafer Youssef s’est mis à chercher ailleurs. Et c’est chez le clarinettiste turc Hüsnü Şenlendirici et le joueur de qanun Aytaç Dogan qu’il trouvera l’objet de sa quête. La voix de Dhafer croise les mélodies de la clarinette jusqu’à ce qu’ils s’accordent sur la même fréquence et fusionne. La trompette de Nils Petter Molvaer renforce l’ambiance atmosphérique. La guitare d’Eivind Aarset, le piano de Kristjan Randalu ainsi que la contrebasse de Phil Donkin et la batterie de Chander Sardjoe fédèrent une énergie jazzy hors-pairs. «Birds Requiem», ainsi s’intitule le nouvel album de Dhafer Youssef dont la sortie est prévue pour octobre 2013. Ce disque, très personnel, marquera sans doute un détour dans le parcours de l’artiste. C’est l’album de tout un périple, aussi fatigant qu’enthousiasmant. C’est l’album de la rédemption.

En 2011, Dhafer Youssef invite le clarinetiste turc Husnu Senlendirici and le joueur de Kanun, Aytaç Dogan à ce joindre à lui lors d’une performance à Ludwigsbourg en Allemagne. En 2013 et inspiré par cette rencontre, Dhafe Youssef présente au public sa dernière création « Birds Requiem ». Construit Comme une musique de Film, ce nouvel opus est un album très personnel qui a été enregistré à une periode charnière de la vie de l’artiste. La voie de Dhafer Youssef y accompagne la clarinette de Husnu Senlendirici et le Kanun de Aytaç Dogan. Il retrouve également ses acolytes Eivind Aarset à la guitare éléctrique, Nils Petter Molvaer à la trompette, Kristjan Randalu au piano, Phil Donkin à la contre basse et Chander Sardjoe à la batterie.





Album review: Dhafer Youssef: Birds Requiem

photo

January 26th, 2014 by Mary James I Only Jazz

It is the day you scan the grey skies for swallows and there are none, there will be none for at least seven months, no more their joyful wheeling and swooping at dusk, their calls audible above city noise. Easy then to lapse into sadness at this tiny loss, which is, you tell yourself, insignificant when compared to the eternity of bereavement. Sometimes you want someone to express that loss, not with words but with pure sound, what the poet Robert Frost called the Sound of Sense – when you understand what is being said from the sound of it, just as you understand the tenor of a conversation heard through a wall without being able to distinguish distinct words. That someone is oud virtuoso and vocalist Dhafer Youssef in this beautiful impressionistic album, Birds Requiem where his extraordinary voice soars like one of those swallows, leaving you, earthbound and wistful, content just to have witnessed the flight.
There are diamonds strewn across this album – the oud which sets out slow dance rhythms (the Birds Requiem) which are repeated throughout the album and are picked up by the sympathetic piano of Kristjan Randalu; the very far away landscape of Nils Petter Molvær’s trumpet; times when voice and clarinet blend so skillfully so you don’t know which you are listening to. And the remoteness embodied in the kanun, a zither played in Turkey. Then prepare yourself for the searing pain of Khira “Indicium Divinum” Elegy for My Mother, its simplicity and dignity are overwhelming. Someone has expressed your own loss, far better than you can yourself, with or without words.
Dhafer Youssef, oud, vocals
Nils Petter Molvær, trumpet
Eivind Aarset, guitar
Phil Donkin, double bass
Hüsnü Şenlendirici, clarinet
Aytaç Doğan, kanun
Kristjan Randalu, piano
Chander Sardjoe, drums

http://onlyjazzblog.com/2014/01/26/album-review-dhafer-youssef-birds-requiem/

Facebook  Twitter  Google  

Dhafer Youssef Birds Requiem

Weltmusik mit hohem Jazzanteil präsentiert Dhafer Youssef auf seinem neuen Album ,,Birds Requiem” (Sony/ Okeh 88883721842). Der Tunesier schafft musikalische Stimmungen von herber Schönheit, die ihm als Grundlage und Mittler für seinen Sufi-Gesang und die exotischen Klänge seines Oud dienen. Youssef turnt dabei einen geschickten Spagat zwischen geographischen Ethnien und musikalischen Stilen. So lassen sich Traditionen seiner nordafrikanischen Heimat ausmachen und die persönlichen Erfahrungen in seinem jetzigen Wohnort Paris. Hinzu kommen Gäste wie die beiden Norweger Nils Petter Molvaer und Eivind Aarset, die seiner Musik etwas intellektuell Kühnes geben. Wohltuend der Wechsel von zart impressionistic gehaltenen Kompositionen und aufschäumenden, mit Leidenschaft vorgetragenen Klangkaskaden.

Facebook  Twitter  Google  

Dhafer Youssef Birds Requiem

Wie Schwalben in der luft Dhafer Youssef ist auf eigensinnige Art international. Seine Musik ist Bekenntnis und Manifest zugleich, Selbsterforschung und Offensive im Spannungsfeld der Kulturen. “Incarnation (Bird’s Requiem)” (Sony) spielt mit ideen,Haltungen, Emotionen-eine wild meditative Mischung aus großen Klangräumen und schüchtern Motiven.

Seit drei Jahren lebt Dhafer Youssef wieder in Tunesien, nachdem er erst aus persönlichen Gründen geflüchtet, dann durch die Welt vagabundiert war, um mit sich und seinem Künstlertum zurechtzukommen. Der Anlass für die Rückkehr war zum einen seine Mutter, der er im Alter und in unsicheren Zeiten beistehen wollte. Aber da gab es auch einen Funken Neugierde darauf, wie das, was er in den späten 8oern verlassen hatte, sich nach langer Pause wieder anfühlen würde – und die Erkenntnis, dass der Mensch ein im kern conservatives Wesen ist. “Tunesien war immer meine Heimat, auch wenn ich viel herumgereist bin”, resümiert Dhafer Youssef, “letztlich ist zu Hause der Platz, wo man am kreativsten ist. Für meine letzte Platte ( ,Abu Nawas Rhapsody’ , 2010) war Tunesien ganz wichtig. Sie ist zu 100 Prozent aus dem Geist heraus entstanden, den ich hier gefunden habe. Auf der anderen Seite stört mich auch vieles, an das ich mich erst wieder gewöhnen muss. Autofahren hier ist beispielsweise die Hölle. Oder manchmal schaut mich jemand auf der Straße an, und wie er schaut, das mag ich nicht. Ich bin da vielleicht zu euopäisch geworden, doch auf der anderen Seite muss ich lernen, dass viele Menschen anders sind und ich eine nation nicht ändern kann. Das ist für mich wichtig und für meine Kunst.”

Tunesien ist ein Spiegel, den Dhafer Youssef sich vorhält. Es ist Herausforderung, aber auch ein Refugium, von wo aus er seine eigene Identität durchdenkt. Die wiederum fängt grundlegend mit dem Instrument an, das für die anspruchsvolle Musik des nordafrikanischen Kulturraums steht: “Wenn ich in der Frühe aufstehe, singe ich nicht, sondern spiele erst einmal Oud. Sie ist mein Instrument, meine erste Türe zur Musik. Wenn ich die Oud am Morgen nicht berühre, habe ich das Gefühl, dass ich kein Musiker bin. Sie ist mein Kompagnon, sie soll zufrieden sein, genau wie ich selbst. Auf der anderen Seite habe ich das Gefühl, dass ich mit der Zeit mit meinem Gesang mehr machen kann als früher. Ich habe erst wenig davon benützt und bin auf dem Weg zu meiner eigenen Stimme. Das ist auch eine Frage des Alters. Es wird einem eher klar, was schön ist und was weniger. Und es ist auch ein Abenteuer. « So wie vieles für Dhafer Youssef, der im Laufe der Wanderjahre von Österreich über Deutschland, Frankreich, Italien in Skandinavien landete und überall Musiker kennenlernte, die seine Suche nach Klang im Wechselspiel mit der Tradition befeuerten. Einige davon bilden seitdem sein aktuelles quintet: der Gitarrist und Soundscape-Spezialist Eivind Aarset, der Pianist Kristjan Randalu, der Bassist Phil Donkin und Schlagzeuger Chander Sardjoe. Andere sind Gäste und Wunschpartner wie der Trompeter Nils Petter Molvaer, der Klarinettist Hüsnü şenlendirici und Aytaç Dogan an der Kanun.


Mit diesem Team hat Dhafer Youssef in Göteborg “Incarnation (Birds Requiem)” auf genommen, ein Programm, das ursprünglich für die Schlossfestspiele Ludwigsburg 2011 entstand und angesichts eines magischen Konzerts unbedingt auf Platte festgehalten werden musste. Es ist intuitive, weitschweifende Musik, die ihren Ursprung in orientalischen Erzählstrukturen hat, stellenweise deren Aufbau übernimmt, ihn aber mit Songstrukturen und Improvisationsmustern aus der Jazz- und Rockwelt modifiziert. Herbe Wucht steht neben feinen Ornamenten, als Kontrast und zugleich als Komplement zu Youssefs Ideen. Manche Stellen wirken langatmig, einem eigenen Tempo geschuldet, andere anrührend und getragen von den Emotionen der Gemeinsamkeit, die den Bandleader im Besonderen mit der Klarinette verbindet: “Immer wieder, wenn ich mit Hüsnü spiele, habe ich das Gefühl, dass ich zur Klarinette werde. Seine Lippen und meine Stimmbänder sind wie zwei Schwalben, die sich in der Luft umkreisen, manchmal harmonisch, manchmal angriffslustig. Es war für mich sehr wichtig, dieses Zusammenspiel musikalisch einzufangen, und da paste das Bild de Vögel. Eine sehr persönliche Komponente war außerdem, dass meine Mutter zu der Zeit starb, als diese CD entstand. Ich hatte das Gefühl, dass ich ihre seele wie einen Vogel noch sehen konnte, obwohl sie schon gestorben war. Wirklich erklären kann ich das nicht, aber es wurde auch ein wichtiger Teil der Musik. “Man hört es.,, Incarnation” ist Musik mit Wut, Frohsinn, Unbekümmertheit. Es ist ein Album, das sosehr Dhafer Youssef verkörpert wie nur irgend möglich.

Facebook  Twitter  Google  

Dhafer Youssef, Divine Shadows

photo

24 March 2006 by John L Walters I The Guardians

Singer and oud player Dhafer Youssef is one of the most appealing stars of world music, yet his music still resists categorisation within that vague genre. Last year we heard him in a "supergroup" with Omar Sosa and Anga Diaz, but he sounds more comfortable accompanied by the talented crop of Norwegian musicians loosely associated with "nu-jazz".
This cool style of playing, loose-limbed and hard-edged, provides the perfect backdrop to the Mediterranean warmth of Youssef's compositions. The most significant collaborator is producer-guitarist Eivind Aarset, who supplies backdrops of wide-ranging style and density, while remaining empathetic to Youssef's musical personality.
Youssef can be deep, light-hearted, complex, funky and achingly romantic, sometimes all within one song. The album's pace is leisurely, full of atmosphere, groove and great playing, but rarely self-indulgent; you never forget whose album it is. By taking the most positive aspects of nu-jazz, Aarset and Youssef have forged a thrilling new sound that could make Divine Shadows a crossover hit.
http://www.theguardian.com/music/2006/mar/24/worldmusic.shopping

Facebook  Twitter  Google  

Dhafer Youssef

Fiona Talkington I BBC Radio 3

Late junction (BBC) presenter Fiona Talkington explains how an exceptional young Tunisian musician found his creative home in Europe.
A small seaside town in Tunisia in the 1970s. A boy walks along a deserted shoreline picking up the odds and ends he finds lying around: A broken fishing net; a few discarded sardine cans; spokes from an old bicycle. His heart and mind are full of music and he wants to play. It's as much as his father can do to put food on the table for Dhafer and his seven brothers and sisters. There certainly isn't spare money for music lessons, let alone for an instrument. So Dhafer makes his own oud, the traditional middle-Eastern lute, using whatever he can find.
You've only got to listen to the achingly beautiful first minute or so of Dhafer Youssef's last album Digital Prophecy to hear how the passion for music, born in that small Tunisian town, still lives on.
The young Dhafer did what was expected of him and sang, having learnt at the traditional Koran school, but at the same time, he was hearing music on the radio - the only source of entertainment in this small town. "It was just music. That's all I knew" says Dhafer "I didn't know what was classical what was jazz and so on. Just music..." And so, on his homemade oud, Dhafer taught himself to play by ear.
One day a friend came back from his travels with an electric guitar and a small toy one for his young nephew. Dhafer borrowed the toy for a week, at the same time secretly yearning to get his hands on the proper instrument. Eventually his friend began to lend it to him for a few days at a time: "days when I didn't sleep, the time was too precious. I just played."
As he began to earn money by singing at weddings, he saved enough to buy his first 'real' oud for the equivalent of 100 Euros. This was frowned on by friends and family. "God's given you a voice, you've got to sing."
But Dhafer had fallen in love with the sound of the instrument. It was the sound of his roots, the country where he was born. "If I'd been born in Africa I'd have been a drummer. In New York- a sax player. But I was born in Tunisia -I play the oud. If I'd been brought up near a piano maybe I'd have played that, but actually I didn't even see my first piano until I went to Vienna when I was 19."

Vienna lured him with the promise of the opportunity to study music. "I did anything I could to earn money. I washed dishes, cleaned windows, worked as an Italian waiter even though I wasn't Italian. I did anything I could just to keep the music going. But I still couldn't read music. I went to listen to lots of music: jazz, classical, anything. And I met a viola player Tony Burger who patiently helped me to write my music down, and we would just play together for hours. Then I met the tabla player Jatinder Thakur who really got me into Indian music. This was a BIG discovery. I fell in love with the sound. It seemed so near to my soul, and I played with him every day. He was at the heart of the first quartet I played with."

"In Vienna, I was still working to survive. But, I have to say, it was the most beautiful time of my life. It was a dream coming true: I was doing my own music, bringing alive the colours in my soul, playing a lot of theater music with people like accordionist Otto Lechner."
"Then along came an amazing opportunity. The Jazz club Porgy and Bess in Vienna would give a musician carte blanche to do what they liked, one night a month for the next twelve months. A new project every month. I could invite anyone I wanted to play with me so I just thought: 'why not?' and asked so many people I admired from all over the world: Iva Bittova, Peter Herbert, Renaud Garcia Fons and Christian Muthspiel for example."
"It was a huge success and I got to do in nine months what might have taken ten years. I was doing something completely different each month and at every gig, people would come up and ask about the music. Sometimes, things went so well with the musicians that one night at the Porgy and Bess wasn't enough and we'd go into the studio to record. That's how my first album, Malak came about."
"Well, after that, I thought I would go back to Africa in search of my roots, but after a while, I felt that Europe was where my home was. My creativity is in Europe and wherever that is, there is my home. Enja wanted another recording from me and I went to New York for a while and recordedElectric Sufi with a group which included Dieter Ilg, Markus Stockhausen and Doug Wimbish."
The world was beginning to take notice of Dhafer's captivating high vocals and intensity of playing and he considered settling in New York.
"But then came September 11th and I just thought in this troubled world I should return to Paris."
"I began to have more and more contact with Norway and Nils Petter Molvaer invited me to play with him and the singer Anneli Drecker." This lead eventually to his third album, Digital Prophecy. Here, Dhafer's profoundly spiritual singing and playing become embedded in the Scandinavian, existentialist world of Norwegian music, embodied in the playing of Eivind Aarset on guitar, drummer Rune Arnesen, Bugge Wesseltoft on keyboards and Dieter Ilg on bass, along with the sampling of Jan Bang. "I just love playing with musicians from the North. They are more African than some Africans and they are an inspiration to me."

Dhafer's band consists of the cream of Norway's electronic nu-jazz scene. Eivind Aarset, one of the finest guitarists in the world today, is renowned for the ambient washes and eastern flavoured drones that have featured on the work of Nils Petter Molvaer, Kjetil Bjornstad and for his own band, Electronique Noire. Drummer Rune Arnesen's urgent beats also feature in Molvaer's work and add a distinctive, contemporary drum'n'bass sensibility ably teamed with the highly in-demand depth charges of bassist Audun Erlien. The line-up is completed by trumpeter Arve Henriksen recipient of one of Norway's Jazz launch Europe awards whose unique style of trumpet playing and vocals is confounding audiences and fellow musicians alike.
"I am the only one who doesn't speak Norwegian!" says Dhafer, "but our gigs together are not about what happens for an hour on stage. These are simply great human beings, and how we are as musicians comes as much from the time we spend hanging around: waiting at airports, traveling together, being on the road, in a bus, sharing good food."
Fiona Talkington - Journalist, DJ and Presenter, Late Junction, BBC Radio 3

Facebook  Twitter  Google  

LA DANSE DES HIRONDELLES

photo

POUR BIRDS REQUIEM, LE TUNISIEN A DONNE-RENDEZ VOUS A SES AMIS SCANDINAVES AFIN DE MIEUX CHANTER SON DEUIL.
Le 01/11/2013 par Francisco Cruz I Jazz News

L’incantation inscrite dans Birds Requiem, où il est question de vols et de disparitions, est un voyage vers l’intérieur de soi, à la différence d’Abu Nawas Rhapsody, disque plutôt expressif et exubérant. L’album est comme un film, articulé autour d’une suite de quatre morceaux et un leitmotiv, les oiseaux : « Birds Canticum », « Fuga Hirundinum », « Archaic Feathers » et « Whirling Birds Ceremony ».
« Chaque disque est un versant, une incarnation de mon âme, explique Dhafer Youssef.
Dans celui-ci, j’arrive à exprimer des choses qui étaient enfouies en moi, que je ne savais pas formuler mais qui étaient déjà latentes dans les précédents. Derrière la musique, il y a la vie et,
aujourd’hui, j’ai le sentiment d’avoir dépassé une étape spectaculaire et virtuose. »

Cette « étape » avait atteint son climax avec son précédent quartette – Tigran, Mark Giuliana et Chris Jennings. Une alchimie unique qui transmettait de la joie comme jamais auparavant chez Youssef.
« Abu Nawas était un moment magique, aux côtés de musiciens merveilleux.
Ça n’arrive qu’une fois dans la vie, et nous l’avons vécu intensément », reconnaît-il. Désormais, sans oublier cet élan, il est dans un état d’esprit plus ascétique : « Je veux jouer la note juste, aller à l’essentiel. Je suis entouré de musiciens qui ont déjà connu cette transformation : Nils Petter Molvær et Eivind Aarset sont des prophètes. Eivind est pour moi une sorte de Krishna. »

DE L’EXUBÉRANCE À L’ASCÉTISME

En cohérence avec cette philosophie, on perçoit dans ce projet une économie de ressources : la batterie ne rythme que trois morceaux, et le jeu du pianiste Kristjan Randalu et du bassiste Phil Donkin sont assez minimalistes. Dans ce disque plus apaisé la voix occupe un espace privilégié : « Depuis longtemps, je m’évertue à faire de ma voix un instrument et, en l’harmonisant avec la clarinette de Hüsnü Senlendirici, j’ai l’impression qu’elle forme comme un couple d’hirondelles
qui volent ensemble, changent de direction, se mêlent et se confondent, comme des incantations. Pendant que j’enregistrais, ma mère était en train de nous quitter. Je vivais un moment très spécial, qui a eu une incidence sur moi et m’a inspiré cette paix intérieure. » Sur scène, Dhafer Youssef conserve le format du quartette, davantage acoustique mais, pour le disque, il renoue des liens avec l’électronique scandinave, qu’il avait côtoyée amplement par le passé. Comme un mariage entre la méditation soufie et la contemplation polaire, une fusion entre l’esprit du désert et celui des fjords. « La scène norvégienne m’inspire depuis trente ans, depuis Jan Garbarek, Terje Rypdal, Masqualero… Puis j’ai commencé à jouer avec ceux qui s’en étaient inspirés : Bugge Wesseltoft, Molvær, Aarset. Chacun a un son, une voix tout à fait personnelle. »
Pour son projet Digital Prophecy, Dhafer Youssef avait eu l’occasion de tourner avec Aarset, Rune Arnesen, Jan Bang et Arve Henriksen, de baigner dans leur atmosphère et de les découvrir en profondeur.

LEADER AUTODIDACTE

Dans le parcours musical du Tunisien, Paolo Fresu a joué une partition décisive. Avec lui, le joueur de oud a tourné en duo, en trio (avec Aarset ou Nguyên Lê), en quintette avec l’Angel Quartet, participé au projet « Ethnografie » en grande formation, enregistré la B.O. du film Scores… « Je suis un autodidacte qui apprend tous les jours. Paolo joue merveilleusement, il a une vision ample et profonde de la musique. Il m’a ouvert de nombreuses portes, m’a permis de voir la musique d’une autre manière et m’a fait découvrir en moi-même des choses que j’ignorais. À son contact, j’ai appris à être leader. Il est une source d’inspiration et un modèle de générosité. »

Un disque comme un mariage entre méditation soufie et contemplation polaire, entre l’esprit du désert et celui des fjords

Le oud dans le jazz n’est pas une évidence. Le jazz, le jeune Dhafer l’écoutait en Tunisie à la radio mais il ne l’a découvert sur scène qu’à Vienne, ville autrichienne à l’accueil équivoque pour
un émigré maghrébin, où il est devenu un habitué du club Porgy and Bess.
« Mon parcours est complètement fou. J’ai commencé par la musique religieuse, puis ce fut la musique de mariage, ensuite la musique populaire arabe. À Vienne, rencontrer le jazz, la musique libre que je voulais faire, fut comme une révélation.»
Présent dans la ville autrichienne au bon moment, il y rencontra les bonnes personnes : Wolfgang Puschnig, Linda Sharrock, les frères Muthspiel.
« Depuis, je joue avec des jazzmen car c’est avec eux que je peux partager ma liberté. Je ne fais pas une musique rythmiquement simple ni facile d’accès, mais je suis heureux quand les musiciens sont enthousiastes d’échanger avec moi. »

LE SON DHAFER YOUSSEF Birds Requiem (Okeh/Sony)
LE LIVE 29/11 Paris (Bouffes du Nord), 12/2 Théâtre de Rungis/Festival Sons d’hiver

Facebook  Twitter  Google  

Dhafer Youssef Birds Requiem

Januar 2014 Von Ralf Dombrowski I AUDIO MAGAZINE

Dhafer Youssef ist viel herumgekommen. Von Tunesien aus zog er in den 90em in die Welt, zunächst nach Österreich, gefolgt von Deutschland, Skandinavien, Frankreich, um schließlich wieder in seiner Heimat zu landen. Immer an seiner Seite: die Oud, die er über die Jahre so spielen lernte, das ser seinen Platz neben Anouar Brahem und Rabih Abou-Khalil gefunden hat. Und mehr noch als seine Kollegen hat Youssef seine Odyssee für frische Soundideen genutzt und mit der Stimme ein zweites Instrument gelernt: ,,Wenn ich in der Früh’ aufstehe, spiele ich erst einmal Oud. Sie ist meine Türe zur Musik. Andererseits habe ich das Gefühl, dass ich von meinem Gesang erst wenig benützt habe… ich bin auf dem Weg zu meiner eigenen Stimme.” Wichtig sind auch die Mitstreiter, die ihn auf seinem Weg begleiten und die Musik von Alben wie ,, Birds Requiem” wachsen lassen: Gitarrist Eivind Aarset, Pianist Kristjan Randalu, Phil Donkin (Bass) und Drummer Chander Sardjoe. Weitere Gäste: Trompeter Nils Petter Molvaer, Aytaç Dogan (Kanun) und Hüsnü Senlendirici (Klarinette). Gemeinsam entwickelte man eine orientalische Texturenwelt, behutsam in der Grundanmutung, eruptiv in einzelnen Momenten, die wie ein Kaleidoskop unterschiedliche Soundwelten von Nordafrika bis Norwegen vereinen. Youssefs ätherischer Gesang, die reduzierte Oud, das Gemenge der Impulse ergeben so ein kammerjazziges Juwel, dessen pankulturelle Offenheit die Gegensätze versöhnt.

Facebook  Twitter  Google  

IVRE DE NOTES ET DE MYSTICISME

photo

Le 30 novembre 2013 par Anne Berthod I Télérama.

MUSIQUE DU MONDE | Nourri de soufisme et d'électro-jazz, l'oudiste tunisien Dhafer Youssef signe un album à son image : libre et inspiré. Il est en concert cette semaine à Paris.
Il a intitulé son disque Birds Requiem, en hommage à sa mère, qui s'est éteinte alors qu'il venait de le composer. En revanche, il a finalement renoncé au titre du morceau qui lui était dédié, Hymn To The Absent : « Trop direct, trop triste, trop intime, estime Dhafer Youssef, je n'aime pas les lamentations. »
Ivresse mystique
En effet, il n'y a rien de funèbre dans le huitième album du vocaliste et oudiste tunisien. Il s'agit d'un requiem à la fois grave et lumineux, introspectif et aérien. Nulle lamentation non plus dans les mélismes lancinants de sa voix si singulière, dont les aigus stupéfiants évoquent une sorte de gémissement céleste. Sur le morceau en question, il chante, ou plutôt il étire, de façon assez expérimentale, les vers bachiques d'Abu Nawas, l'un de ses auteurs de prédilection.
Il l'a rebaptisé Sweet Blasphemy, clin d'oeil à l'audace du poète arabo-persan du VIIIe siècle, qui prônait l'ivresse mystique autant que la tolérance la plus hédoniste. « Mon amour pour le vin est le fil qui me permet de rester entre profane et sacré sans jamais tourner le dos ni à l'un ni à l'autre », explique-t-il, en pointant le leitmotiv du disque :« L'histoire de la gorgée de vin où se réincarne une âme, celle de ma mère, qui me donne la force de transformer cette gorgée en pensée de bonheur. »
"Mon rapport à la religion est resté musical"
La réincarnation ? Elle est au coeur du soufisme, qui l'inspire depuis le début de son parcours commencé dans une medersa. Initié, enfant, à la litanie coranique par son grand-père, le petit Dhafer allait souvent chanter à la mosquée, de préférence quand elle était vide, « pour la résonance ». Il enregistra même un appel à la prière pour le muezzin du quartier. « Ma jeunesse m'a marqué, mais mon rapport à la religion est resté musical. Dans le soufisme, c'est le mysticisme qui m'inspire, pas la foi. Et si Dieu existe, c'est par la voix que j'essaie d'aller vers lui : elle est ma porte ouverte sur le monde. »
Amours scandinaves
Musicien autodidacte, Dhafer Youssef a trouvé ses marques en Europe, à la croisée du lyrisme oriental et du jazz contemporain. Au-delà de Vienne et de Paris, villes de rencontres (les pianistes Omar Sosa et Tigran Hamasyan, le guitariste Nguyen Lê, le trompettiste Paolo Fresu...), il a entretenu des complicités fécondes au sein de la scène norvégienne, notamment avec le trompettiste Nils Petter Molvaer, pionnier du nu jazz. « Je partage avec eux cette histoire divine qu'est l'improvisation. » Renouant aujourd'hui avec ses amours scandinaves, il s'éloigne de l'électro-jazz pour aller vers l'épure, parce qu'il « faut apprendre à jouer moins pour raconter plus ».
Il y a trois ans, ce musicien globe-trotteur est retourné s'installer en Tunisie avec sa compagne, « pour vivre un changement historique ».
Aux journalistes qui lui ont reproché là-bas ses textes blasphématoires, il répond qu'il ne fait pas de politique : «Un artiste qui ne dit pas ce qu'il pense est un idiot. Mais ma révolution, c'est ma musique. Il faut rendre la religion à Dieu, la patrie au peuple, et la musique au musicien. » La sienne n'en est pas moins mystique. En live, improvisée « à 40 % », elle exprime une émotion fervente.
Dhafer Youssef, en concert le 29 novembre à Paris.
http://www.telerama.fr/musique/dhafer-youssef-ivre-de-notes-et-de-mysticisme,105541.php

Facebook  Twitter  Google  

DhaferYoussef, l'oud mélancolique de Tunis

photo

Le musicien, qui mélange jazz et mysticisme oriental, est en concert aux Bouffes du Nord, à Paris.
Le 28 Novembre 2013 par Patrick Labesse I Le Monde.

« C'est là que le voyage a commencé, le début de mes rêves. » Remontant une ruelle de la médina, où le soleil, encore chaud, fin octobre, à Tunis, se fraye un chemin entre les murs blancs, Dhafer Youssef puise dans ses souvenirs. Le vocaliste et joueur d'oud (luth oriental) vient de refermer la lourde porte en bois derrière laquelle sommeille la pierre d'un Patio aux arcades élégantes.
L'entrée du centre culturel Bir Lahjar, ou il avait donné son premier concert en Tunisie, en 1989.

Depuis, il a développé une belle carrière, jalonnée de voyages (France, Liban, Syrie...), de partages musicaux (Wolfgang Puschnig, Paolo Fresu, Nguyên Lê, Bugge Wesseltoft, Omar Sosa...), de concerts et d'albums. Enregistré avec un septet de haut-vol, dont l'enchanteur clarinettiste turc Hùsnù Senlendirici (Taksim Trio) et le trompettiste norvégien Nils-Petter Molvaer, Birds Requiem est le 7e enregistrement publié sous son nom. Une Proposition au souffle épique, tissant jazz et mysticisme oriental, qu'il présente vendredi 29 novembre à Paris.

« Lorsque je me suis produit au centre culturel Bir Lahjar, c'était la première fois que je jouais en Tunisie ma propre musique, mon histoire à moi », se souvient le musicien, l’œil pétillant de plaisir. Dans le public, de jeunes étudiants, curieux d'entendre un musicien tunisien qui « mélangeait I ‘oud avec des instruments atypiques, tablas indiens, contre basse, trombone, violon… »

A Vienne, le choc

Sa famille, venue de Téboulba, un village de pêcheurs ou il est né en 1967, avait fait le déplacement. Jouer devant les siens, ça vous fout un trac terrible. Un état paradoxalement plutôt stimulant. « Créer sur scène sans trac, c'est comme manger quelque chose qui n'a pas de goût. »
Pourquoi, ensuite, est-il parti en Autriche ? « C'était le seul pays où je pouvais me rendre sans visa.
Il rêvait de Vienne comme de l'endroit où il fallait se trouver pour être au plus près de la musique classique. Il y reçoit le choc de sa vie, affirme-t-il, envoyant le premier piano à queue.
A Vienne, il se met à l'allemand et à des études de musicologie. Pas longtemps. Je me suis rendu compte que ie Pouvais faire ma musique sans piano, sans maîtriser le solfège, la théorie. »
Happé par le jazz, il passera ses nuits dans les clubs et les bars à musique.
Un nomadisme nocturne fécond qu'il poursuit ensuite à Paris.

Aujourd'hui, il a jeté l'ancre en Tunisie. Assis au bord d'un chemin longeant la mer, à Mahdia, ville
côtière au sud de Tunis, il plonge son regard vers l'horizon. « Je suis un mélancolique. L'oud, c'est de la mélancolie totale. Quant à la nostalgie, elle m' a toujours accompagné. C'est mon arme, un espoir, un rêve. » Là, dans la douceur du soir, il prend ses distances avec Tunis la bruyante, où les barbelés autour des arbres et les gendarmes en armes sont des signes tangibles de la tension qui règne dans le pays. Une réalité dont il est difficile de s'affranchir. Dhafer Youssef s'avoue « triste et vraiment déçu » de la manière dont les choses ont évolué après le soulèvement qui a entraîné la chute du président Ben Ali, en janvier 2011.
A la soirée de clôture du Festival de Carthage, le 15 août 2012, il avait invité le poète Sghaier Ouled Ahmed. « Pour moi, il est notre drapeau. Avoir un poète d'un tel calibre me rend fier d'être tunisien.
Ce jour-là, il a dit à ma place mon opposition à Ennahda. A travers ses vers, le poète s'est adressé à Dieu, à qui il s'est plaint de l‘hypocrisie de son peuple. II lui a demandé de démasquer les imposteurs. Puis il a interpellé le peuple, l'incitant à se montrer à la hauteur, à Prendre le contrôle de son destin, à s'instruire et à se cultiver. »


Dhafer Youssef en concert le 29 novembre à 20 h 30 au Théâtre des Bouffes du Nord, 37 bis, bd de la Chapelle, Paris 10e.
De 23 à 28 euros.
Le 12 février 2014 à Rungis (Val-de-Marne). Théâtre L'Arc en ciel, 1, place du Général-de-Gaulle. Birds Requiem 1CD Birds Requiem/Sony Music.
http://urlz.fr/dUb

Facebook  Twitter  Google  

Interview avec le vocaliste et compositeur tunisien, Dhafer Youssef

photo

Le 27/12/2013 Par Thameur Mekki | HuffPost Maghreb

Le musicien tunisien Dhafer Youssef a sorti fin, octobre dernier, "Birds Requiem" son nouvel album encensé par la critique internationale. L’oudiste compositeur vient de se lancer dans une nouvelle tournée internationale pour présenter son nouveau disque. Huffington Post Maghreb l’a rencontré le temps d’une trêve à Tunis.

HuffPost Maghreb: Vous avez souvent collaboré avec des artistes jazz européens, surtout des Scandinaves. Dans "Birds Requiem", vous avez travaillé avec Husnu Senderlici et Aytaç Dogan. Quel est le déclencheur de cet intérêt particulier envers la scène turque?

Dhafer Youssef: C’est un retour aux racines. Cette réponse peut sembler bizarre, vous devez vous dire que j’aurais pu collaborer avec des musiciens tunisiens ou arabes. Ça aurait pu être plus cohérent. Mais je suis un grand fan de Taksim Trio surtout Husnu. J’ai toujours voulu partager une expérience avec lui. La première occasion s’est présentée en Allemagne. Je les ai invité pour jouer avec un moi, en 2011, lors d’un concert à Ludwigsbourg. On s’est éclaté. C’était une très belle expérience. Suite à cela, je voulais absolument immortaliser ce moment avec une trace discographique. En plus, après Abu Nawas Rhapsody, je voulais faire quelque chose de différent, moins de jazz, moins de technicité et de virtuosité et plus de travail sur l’âme de la musique, les notes et le silence.

Mais les musiciens scandinaves sont toujours là, notamment, le guitariste norvégien Eivind Aarset que vous avez récemment présenté comme "la deuxième oreille" de la composition de "Birds Requiem"…

Absolument. J’ai confiance en ses choix. Il est souvent là pour me donner son avis. C’est un musicien très important sur cet album. D’ailleurs, le projet que j’ai présenté en Allemagne avec Husnu et Aytaç s’est fait entre autres avec Eivind Aarset dont la participation sur cet album incarne, en quelque sorte, ma nostalgie envers la musique electro. Mais cette fois-ci, ce n’est pas de l’electro à la «Electric Soufi». Là, c’est du light. C’est mélancolique… poétique. Je ne me rappelle qu’il fait de l’electro que quand il est sur scène et que je vois tous les câbles et les outils qu’il utilise.
Vous rendez hommage à Istanbul dans "39th Gulay" dans ce nouvel album. Quelle est l’origine de cette histoire d’amour avec cette ville turque?

La musique, et toute création artistique, a besoin d’une source d’inspiration. Je pense qu’Istanbul est très spéciale. Tous les contrastes qu’on y trouve, à tous les niveaux, en font une ville unique. C’est un mélange entre l’Occident et l’Orient. Si j’aurais à trouver une ville représentative de ma musique, ce serait Istanbul.
En parlant de sources d’inspiration, dans cet album, vous avez délaissé les écrits des philosophes soufis à l’instar d’al-Hallaj et Rûmi ainsi que la poésie d’Abu Nawas. Pourquoi? Et que représentent-ils pour vous et dans votre musique?

Je veux me débarrasser du cliché du soufisme. Je ne suis pas soufi. Je m’intéresse à cette philosophie, sans plus. Je ne me sers pas de leurs textes comme les paroles d’une chanson. D’ailleurs, je ne fais pas de chansons. Ma voix n’est qu’un instrument de plus. Leurs textes m’aident à faciliter l’accès à mon univers musical. Je partage ces idées qui me bouleversent, qui me poussent à réfléchir plus loin. Quant à Abu Nawas, je l’adore. Il me parle. J’adore sa poésie. Je partage aussi son amour pour le vin. Par exemple, j’adorerais chanter la poésie de Sghaier Ouled Ahmed le jour où je ressentirais que je suis capable de la transmettre mieux qu’il le fait dans ses récitals.
D’ailleurs, vous avez déjà invité Sghaier Ouled Ahmed à réciter ses poèmes lors de votre concert lors de la clôture du Festival International de Carthage en 2012, un de vos rarissimes concerts en Tunisie. Pourquoi autant d’absence sur la scène locale?

Il n’y a tout simplement pas assez de demandes. J’ai besoin de certaines conditions techniques mais il y a aussi des conditions financières et éthiques. En Tunisie, ces conditions sont rarement réunies.
Sur la pochette de "Birds Requiem", vous dédiez à Khira et à Shiraz les morceaux "Indicium Divinum" et "Blending souls & shades". Qui sont-elles et que représentent-elles dans le processus de création de cet album?

C’est vraiment mon album le plus intime. Khira est ma défunte mère. Je l’ai accompagné durant son agonie. Cela m’a beaucoup marqué et m’a inspiré «Indicium Divinum». Quant à Shiraz, elle est mon grand amour. «Blending souls & shades», je l’ai composé à un stade où mon travail sur l’album avait du mal à avancer. Un jour alors que Shiraz écoutait une ancienne chanteuse turque, j’ai eu une révélation. Cette chanson m’a débloqué. Dès que je l’ai écouté, je suis parti m’isoler et composer «Blending souls & shades». Je pense qu’il est important de noter leurs noms sur la pochette du disque parce qu’elles ont vraiment marqué son atmosphère.
Même si votre univers musical est difficile à classer dans un genre, vos disques sont souvent répertoriés dans la catégorie "Jazz". Qu’est-ce que vous retenez le plus de ce genre musical?

C’est surtout la liberté d’improviser. Le jazz est sans limites. Quand on joue le jazz, on se sent investis par des pouvoirs divins. On peut tout faire. Par exemple, j’ai eu des expériences avec des orchestres de musique classique. Les possibilités sont limitées. Je ne me considère pas comme jazzman. Et je ne joue pas d’un instrument de jazz. Mais ma démarche dans la composition de mes morceaux est plus ou moins la même démarche prises par les jazzmen.

Maintenant que vous lancez la tournée internationale de "Birds Requiem", comment avez-vous vécu le premier concert qui a eu lieu fin novembre au Théâtre des Bouffes du Nord à Paris?

Dans ce concert, il n’y avait pas les guests de l’album. Le côté electro assuré par Eivind Aarset était plus présent. Mais il y a tout de même des morceaux qui ne s’éloignent pas de leurs versions studios. Bref, en live, le disque maintient son côté intense tout en ayant plus de groove.
http://www.huffpostmaghreb.com/2013/12/27/dhafer-youssef_n_4506506.html?ncid=edlinkusaolp00000008

Facebook  Twitter  Google  

Dhafer Youssef, les oiseaux et les anges

photo

Le 29 octobre 2013 I Les Inrocks
Une des toutes premières expériences musicales de Dhafer Youssef a été d’enregistrer, durant l’enfance, un appel à la prière. La découverte du vaste espace vierge entourant les hauteurs du minaret, pur éther que ne traversent que les oiseaux et les anges, détermineront son jeu de oud, sa voix et son inspiration (qui pour lui, est d’abord une aspiration). Son nouvel album, Birds Requiem, paraît ainsi n’avoir été conçu que pour élever l’auditeur jusqu’à une sphère mystique : cantique d’oiseaux (Birds Canticum), hymne (Hymn to the Absent), ascétisme (Ascetic Journey) et cérémonie (Whirling Birds Ceremony), tout semble concourir à délivrer l’âme mélodique de la matérialité organique. On plane donc, recueillant avec émerveillement cette musique ni obscure ni compliquée, lumineuse car détachée de tout ici-bas.
http://www.lesinrocks.com/2013/10/29/musique/monde-musiques-du-monde-21-11439911/

Facebook  Twitter  Google  

Birds Requiem

Monde
Dhafer Youssef
Le 30 octobre 2013 Anne Berthod | Télérama

Dix ans après Digital Prophecy, le vocaliste et oudiste tunisien retrouve le trompettiste norvégien Nils Petter Molvær, pionnier du « nu jazz », et renoue avec ses amours scandinaves pour un disque qui oscille, encore, entre profane et sacré. Moins électro que par le passé, il y prolonge I ‘esthétique jazz du précédent Abu Nawas Rhapsody. Mais s'il module toujours les vers mystiques du lettré soufi, ce n'est pas pour en exalter l‘ivresse bachique: cette fois; Dhafer Youssef tend vers l'épure. Là où le pianiste Tigran Hamasyan et le contrebassiste Chris Jennings n'étaient que tourbillons, son équipe norvégienne, elle, déploie des aurores boréales planantes, dépouillées, sur des tempi en suspension. Tout n'est qu'apesanteur: l‘oud, introspectif et grave, le piano, évanescent, la trompette, qui joue la pause et installe des atmosphères de vieux films, jusqu'au guitariste, très rock sur deux titres, qui distille ailleurs des effets électro ascétiques. La clarinette, elle, se fait l’écho stupéfiant de la voix mutante de Dhafer Youssef: de ce timbre nasal quasi surnaturel, il repousse encore les limites, tient la note lors de mélismes aigus, lancinants, qui touchent au divin. Une musique d'ambiance qui marie ferveur et sérénité, minimalisme et profondeur.
1CD Okeh/ Sony.

Facebook  Twitter  Google  

Dhafer Youssef : Rhapsody in Oud

photo

“Le piano prend le oud dans ses bras sur cet album… » En une phrase un brin énigmatique, Dhafer Youssef résume l’impression qui se dégage à l’écoute de « Abu Nawas Rhapsody ».
L’entente entre Dhafer et le très prometteur pianiste Tigran Hamasyan saute aux oreilles, notamment sur les trois duos de l’album. « Ce sont les seules parties que je n’avais pas composées moi-même avant l’enregistrement », concède l’oudiste.
Exit donc les expérimentations avec ses collègues norvégiens. Dhafer Youssef souhaitait pour l’occasion un album acoustique, « mettant en valeur la voix et le oud ». Piano, contre basse avec Chris Jennings ainsi que Mark Guiliana à la batterie…Rien de plus et rien de moins : « J’ai dû me remettre en cause pour ce disque, mais une fois les instruments mis ensembles, ce fut un rêve ! »
Un quartet qui se retrouve sous les provocateurs auspices du poètes persan Abu Nawas. Une voix de miel et de cendres qui résonne et instaure un balancement entre groove profane et élans sacrés : aussi enchanté soit il, ce projet s’avère pourtant n’être qu’une parenthèse dans la carrière du Tunisien. Lui est déjà retourné côté d’Oslo, la tête pleine d’improvisations et de nouvelles expériences. N’annonce t’il pas « un projet avec un grand orchestre » ? On salive déjà…
Dhafer Youssef. « Abu Nawas Rhapsody » (Universal).

Facebook  Twitter  Google  

Dhafer Youssef

photo

Mai-Juin 2010 par Anne-Laure Lemancel I Mondomix

Avec Abu Nawas Rhapsody, le chanteur-oudiste tunisien Dhafer Youssef s’appuie sur un trio jazz piano-basse-batterie pour sublimer les antagonismes sacré-profane. Un art audacieux qui transcende les frontières.
Sur la pochette du disque, la peau de Dhafer Youssef reflète la poésie d’Abu Nawas, vers de lumières sur corps replié, antre de secrets. Depuis l’enfance, ce poète arabo-persan du VIIIème siècle éclaire le chanteur-oudiste tunisien du feu des ses mots « La qualité de sa poésie me fascine comme celle de sa provocation. Il y a plus de 13 siècles, un homme osait parler vin, sexualité masturbation, attaquait la société avec justesse. Aujourd’hui, je trouve timide l’audace, cet apanage des fous, des anormaux, des poètes. »
Une provocation profane dans un monde religieux, qui contenait en elle tout le sacré, tout le divin, quête de sens. Dans cette rhapsodie, succession décousue des expériences fortes du poète, Dhafer ne se saurait pourtant trop s’appuyer sur la beauté littéraire du verbe, le musicien fait sa pâte, prétexte à vocaliser à l’infini, à toucher le corps plus que l’esprit, matières sonores, abstractions.
Et puis, il y a cet autre poète soufi, Ibn al Farid (XIIème siècle, Egypte), auteur de vers somptueux sur la relation entre extase divine et ivresse du vin, qui lui donne l’inspiration de sa Wine Ode Suite, œuvre en trois actes d’improvisations méditatives avec le pianiste prodige Tigran Hamasyan. L’antagonisme profane-sacré, une fois encore, constitue le fil conducteur de la musique de Dhafer, ancien muezzin : la voix, comme don de soi, sacrée, mais refus forcené de toute vérité dogmatique.

UNE VIE D’ERRANCE
Pour mener à bien cette aventure spirituelle, Dhafer relègue un temps ses escapades électro, pour revenir à la sacro-sainte formule piano-basse-batterie. Entouré de jeunes musiciens virtuoses (Mark Giuliana, Chris Jennings, Tigran Hamasyan), libres de toute entrave et bouffeurs de sons tous azimuts, Dhafer fait swinguer le sacré, ouvre les portes de la poésie, rénove la langue jazz qu’il affectionne tant ; peinture en réalisation, musiciens en train de vivre…Portant, malgré la liberté de style, le Tunisien nomade, éponge revendiquée de tous les pays traversés, expériences vécues, personnes côtoyées, ne saurait se retrancher derrière quatre lettres .

« Avec la globalisation, les échanges, il n’y a plus de qu’UNE SEULE musique, confrontée à tes goûts. Comme dans la vie d’Abu Nawas, il y a de tout dans mon art ; du sacré, du profane, de la matière, du vide… Et l’audace du bon chemin à trouver ». Une voie aux horizons ouverts, donc, à l’image d’une vie sans attache, partagée entre Paris, New York et Tunis. S’il vient d’acquérir une maison dans son pays natal, Dhafer n’a, durant trois ans, pas connu le sens du mot « rentrer » : « Je ne pouvais pas m’installer. L’errance favorise ma musique. Je crois encore avoir devant moi une longue route de vagabond »
Dhafer Youssef Abu Nawas Rhapsody (Universal Jazz)
Concert le 13 mai à Jazz sous les Pommiers à coutances (50)
http://www.mondomix.com/e/dhafer_youssef

Facebook  Twitter  Google  

Dhafer Youssef

photo

Ivan Chrysler I BBC Radio 3
In this post 9/11 world, with its centrifugal drift to extremism, a new breed of North African and Middle Eastern musician has been in the vanguard of attempts to promote cultural tolerance and an alternative vision of Arabic and Islamic culture. The Tunisian oud player Dhafer Youssef is living proof that, despite the bleetings of Salafist and Wahabi imams, music still holds pride of place in the Arab and North African heart.

It has always been emblematic of that culture's willingness to tolerate and interact with other cultures. Youssef doesn't need to ride a camel or wear a djellaba in order to prove his point. He only needs to be what he is: a vocalist and oud virtuoso of rare ability, a defiant cosmopolitan and a declared modernist who reserves the right to go where his muse takes him, and collaborate with anyone he might meet there. Growing up in the Tunisian port town of Teboulba , where he was born in 1967, Youssef absorbed the sounds he heard clandestinely on the radio, 'without a filter' as he himself recalls. He had a special penchant for jazz and he soon realised that Tunisia would never give him the freedom to explore that particular path. So he left for Vienna, without a dinar to his name. His peripatetic life then took him to Barcelona, Berlin, New York, Dakar and back again to Vienna, meeting, playing and collaborating. A debut release 'Malak' on the Enja label in 1999 sowed the seeds of an international reputation and Youssef moved to the Barbès district of Paris.

He developed some perennial musical partnerships, notably with the Sardinian trumpeter Paolo Fresu and the Norwegian guitarist Eivind Aarset. Youssef feels a special bond with Scandinavian musicians, which is fortunate, since Norway and Sweden are now widely regarded to have the most fascinating and dynamic avant-garde jazz scenes in the world. Youssef has also performed with Uri Caine, Jon Hassell, Markus Stockhausen, Nguyên Lê and the cuban pianist Omar Sosa, to name but a few. In 2001 recorded the 'Electric Sufi' CD with the ex-Sugar Hill Gang and Tackhead rhythm section of Will Calhoun and Doug Wimbush and followed it up recently with 'Digital Prophecy', another multi-layered, multi-faceted marvel. With walls, boundaries, barriers, labels and frontiers becoming ever more rigid and impregnable, Dhafer Youssef reminds us that any composer or musician of worth must be free to roam, with his body, his mind and his spirit, or music itself might end up being the biggest casualty.

Facebook  Twitter  Google